Black Christmas (1974)

Réalisé par : Bob Clark

Ecrit par : Roy Moore

Avec : Olivia Hussey, Keir Dullea, Margot Kidder, John Saxon, Marian Waldman, Andrea Martin

On attribue souvent la naissance du slasher moderne à John Carpenter avec son Halloween (1978). S’il est vrai que c’est ce film qui a popularisé le genre, c’est sans aucun doute Black Christmas qui en a jeté les bases. Par ailleurs, même s’il est considéré comme un classique, il est injustement méconnu de nombreuses gens. Il est pourtant LE film d’horreur de Noël par excellence.

Durant les vacances de Noël, une sororité reçoit des appels étranges et dérangeants. Alors qu’une des filles est portée disparue, les appels deviennent de plus en plus personnels et menaçants… Se pourrait-il qu’ils proviennent de quelqu’un de leur entourage ?

Black Christmas est un film parfait, égalant les grands classiques du sous-genre tels qu’Halloween et A Nightmare on Elm Street (1984). C’est d’abord grâce aux personnages admirablement écrits. Chacun a une personnalité propre développée grâce à des dialogues qui ne paraissent jamais forcés. Ils sont tous attachants et, chaque fois que l’un d’eux est assassiné, c’est un déchirement pour le spectateur.

Il faut dire aussi que tous les acteurs jouent à la perfection. Tous ! Que ce soit les membres de la sororité, les policiers qui veulent coincer le tueur ou encore le père de la jeune disparue, ils sont tous si naturels que c’en est surprenant. On croirait que le groupe est filmé à son insu tant les acteurs semblent à l’aise. Ils blaguent entre eux, sont inquiets pour les autres, ont des conversations normales, ont peur lorsqu’ils se rendent compte du danger qui les guette.

Le « production design » est également formidable. Les paysages sont enneigés et toutes les maisons bien décorées. On se croirait vraiment durant le temps des fêtes.

De plus, la réalisation de Bob Clark (Porky’s, A Christmas Story) est impeccable. On s’en rend compte dès le premier plan en vue subjective. On voit à travers les yeux du tueur et c’est encore meilleur et mieux exécuté que la première scène d’Halloween qui reprend le même type de vue. Les meurtres sont exécutés hors caméra, mais Clark les filme d’une telle façon que nous en ressentons tout de même la violence.

Finalement, il faut avouer que le film est encore effrayant même aujourd’hui. Comment ne pas avoir des frissons lorsque le tueur annonce aux filles de la sororité qu’elles vont mourir ? Lorsque Jess (Olivia Hussey), le personnage principal, apprend que le tueur est à l’intérieur de la maison, on ne peut qu’être terrifié. L’atmosphère devient lourde et le silence pesant. Un autre plan, dans lequel on aperçoit l’œil du tueur, est si puissant que la chair de poule vous assaillira. Et la terreur continue jusqu’au dernier plan, alors que le générique défile. Tandis que la caméra s’éloigne de la maison, la peur s’empare du spectateur qui n’en voudra que plus.

Je le répète, Black Christmas est un film parfait et un incontournable de Noël. Il est à visionner entre Maman, J’ai Raté l’Avion et Love Actually durant le temps des fêtes pour bien vous mettre dans l’ambiance.

This entry was posted in b and tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *