Insidious : Chapter 2 (2013)

Réalisé par : James Wan

Ecrit par : Leigh Whannell

Avec : Patrick Wilson, Rose Byrne, Lin Shaye, Leigh Whannell, Angus Sampson et Steve Coulter

En 2013 , James Wan (Saw, the Conjuring) nous a offert deux films en l’espace d’un mois : Insidious : Chapter 2 et The Conjuring. Si ce dernier titre est devenu un classique instantané et a engendré de nombreux « spin-offs »/suites, Insidious : Chapter 2 est tombé dans l’oubli, considéré comme inférieur comparé à l’autre film de James Wan. Malgré cela, ce chapitre de la série est loin d’être mauvais, possédant la meilleure valeur de réécoute.

Les Lambert ont réussi à ramener le petit Dalton dans notre réalité. Leur répit sera de courte durée puisque l’être qui poursuivait Josh (Patrick Wilson) dans sa jeunesse a pris possession de son corps et est résolu à rester dans le monde des vivants. Pendant ce temps, Specs (Leigh Whannell) et Tucker (Angus Sampson), chagrinés par la mort de leur mentor, Elise (Lin Shaye), se rendent compte que quelque chose cloche dans ce décès soudain et décident de mener leur petite enquête avec l’aide d’un autre médium, Carl (Steve Coulter).

Il n’est pas étonnant que beaucoup n’aient pas aimé cet opus. Tout d’abord parce que la structure du film est assez étrange. Deux histoires parallèles se suivent et finissent par s’entrecroiser, mais de manière un peu maladroite, ce qui affecte significativement le rythme. Toutefois, ce qui peut sembler être un défaut pour la plupart est en fait un avantage, surtout après plusieurs visionnements. Le fait que l’on alterne d’une intrigue à l’autre est très intéressant et ne suit pas une structure plus classique qui finit par ennuyer.

L’histoire apporte également de nombreux et fascinants nouveaux éléments qui s’ajoutent à la mythologie de la série. Par exemple, on apprend que le temps ne fonctionne pas de la même façon dans le « further » (la dimension dans laquelle se trouvent les démons et les morts). Plus question de reprendre l’histoire de Poltergeist (1982). On se retrouve plutôt avec une ambiance à la Shining (1980) avec un Patrick Wilson plus qu’en forme dans le rôle d’un père de famille contrôlé par un être qui ne veut que revenir dans le monde des vivants.

On rencontre par ailleurs un nouveau personnage, Carl, qui est particulièrement captivant avec sa méthode pour communiquer avec les morts. Elise avait son masque à gaz, lui a ses dés qui lui font jouer au Scrabble. Steve Coulter (The Walking Dead) est charismatique est nous offre le côté rassurant que ce genre de personnage apporte habituellement dans ce type de films.

De surcroît, Insidious : Chapter 2 n’a rien à envier au niveau de l’horreur du premier chapitre. En effet, le film offre une bonne dose de frissons efficaces. Les sursauts sont toujours justifiés. Dans Insidious (2010), le démon rouge avait surpris dans la première scène dans laquelle on le voit. Cette fois, c’est le fantôme d’une femme toute blanche qui choque avec une apparition surprenante. Certaines scènes sont tournées en « found footage », ce qui semble être simplement une technique superficielle à première vue, mais qui fonctionne à merveille lorsqu’on découvre une certaine chapelle remplie de cadavres. Ils auraient facilement pu faire sans la caméra à l’épaule, mais ce n’est pas dérangeant.

Inisidious : Chapter 2 est finalement un film efficace et original qui ne suit pas tout simplement la même recette que Insidious. Même s’il n’est pas aussi réussi que le premier, il est une œuvre injustement oubliée et boudée. Avec un humour légèrement plus prononcé que son précédent, ce deuxième opus ne manquera pas de vous divertir.

.

 

This entry was posted in i and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *